Anik Shooner, une architecture qui a du sens

12e-edition

Partie prenante du projet d’envergure de l’Agence spatiale canadienne, dès le début de sa carrière, Anik Shooner a pu très rapidement démontrer son talent et sa vivacité. Elle est l’un des piliers de la firme MENKES SHOONER DAGENAIS LETOURNEUX Architectes et forme avec ses associés une équipe complémentaire qui vise l’excellence !

C’est d’ailleurs l’une des auteurs de l’oeuvre de la Cité du Multimédia “phase” 8, composée de deux volumes d’une beauté et d’une efficacité redoutable, reliés par un atrium exaltant.

Brillante, passionnée, polyvalente, et créative, sont les mots qui décrivent le mieux cette femme visionnaire, convaincue que l’architecture est celle par qui le territoire public, retrouvera es qualités de partage.

Désireuse d’apporter à la communauté, Anik Shooner est membre du conseil d’administration de la Société de musique contemporaine du Québec, et de l’association des architectes en pratique privée du Québec. Elle prône le mentorat pour apporter son aide, et offrir son expertise, aux jeunes du métier dans le but de préparer l’avenir.

Sa passion pour l’Art et son engagement écologique, se reflètent dans ses réalisations, dont l’exposition Chagall : Couleur et musique pour le Musée des Beaux Arts de Montréal, où elle a produit une réelle expérience immersive, favorisant l’émergence des émotions.

Et le Pavillon Lassonde de l’Université de Montréal, le premier bâtiment universitaire québécois à être certifié LEED.

Toutes ces qualités, en plus de sa détermination, son exigence et son écoute, permettent de lui témoigner toute notre admiration et notre respect, face à son apport pour la communauté en design et en architecture.

  • categoriePrix Hommage
Share